images

Jeudi, 15h

La position n’est pas des plus confortables. La pierre n’est pas le matériau idéal pour s’asseoir. Et puis elle est mouillée, donc mes fesses aussi. Je vous dis ça , c’est juste pour planter le décor. Pas pour me plaindre. Ah oui, j’allais oublier : je suis pieds nus et mes pieds reposent dans le torrent , sur les petits galets. Reposent, c’est le mot. Ils ont tellement froid que je ne les sens plus. Juste cette sensation étrange, cette frontière bizarre entre le chaud et le froid, sorte de lame invisible qui scie les mollets et fait disparaître les pieds.

Je suis bien. Je suis loin. Plongé profond bien au-delà de toute pensée. Juste en totale intimité avec mes sensations. Tu as déjà écouté la chanson de la rivière ? Je ne dis pas entendre, je dis écouté. Comme on écoute une musique du monde. Une mélodie qui prend toute la place si on la laisse entrer. Une mélopée lancinante qui se répète à l’infini, toujours reconnaissable bien que jamais tout à fait pareille. Si tu es attentif, tu parviens à deviner le moment où le refrain va surgir et s’imposer à coups de sourds cloc, cloc, et puis disparaître quelques instants pour laisser la place à la chanson de l’eau qui te transporte au gré du courant.

Je suis bien. Mes yeux surfent sans se focaliser sur la surface de l’eau qui rock and roll de rocher en rocher, et puis se lisse soudain comme pour se reposer. Là, hypnotisé par cette langueur soudaine, je glisse en patineur… sur le gris satiné, déchiré parfois par des éclats de lumière intense.

J’en suis là quand cet éclair me rappelle à l’ordre, à l’heure, à l’horreur

J’étais bien. Jusqu’au moment où j’ai dû récupérer mes pieds et les forcer, récalcitrants, à se trouver un chemin, sans chaussettes, et s’accrochant désespérés au cuir des souliers trop durs et qui semblaient avoir perdu quelques pointures.

Je te raconte pas le calvaire du retour. Mais bon, j’avais médité une bonne heure.

Et c’était bien.

 

P.S. Si l’envie te prend d’aller plonger aussi tes panards dans l’eau fraîche du torrent, n’oublie pas. Une serviette et une paire de chaussettes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.