images-2

Lundi, 15 h,

« Je est un autre » disait Rimbaud. Il a eu cette fulgurance au travers de sa sensibilité d’artiste. L’artiste ne maîtrise pas ce qui s’exprime en lui, voulait-il dire. Il ne pouvait savoir à l’époque combien il avait raison, mais pas pour la raison qu’il invoquait. Pas uniquement je veux dire.

On sait depuis quelques années – donc toi et moi aussi – que nous ne sommes plus qui nous étions il y a 15 ans. Brique par brique, cellule par cellule, on renouvelle le matos. La grande majorité de mes cellules sont plus jeunes que moi. Mais malgré tout, je est un autre. La preuve est que quand je compare ma photo de jeune milicien (1967 !) à celle où mes petits-enfants m’entourent aujourd’hui, jolies frimousses autour d’une antiquité, y a pas photo.

Alors, c’est quoi l’arnaque ? Pourquoi mes cellules nickel comme des sous neufs me jouent-elles le sale tour de mettre leur jeunesse au service de ma vieillesse ? Comment font-elles, toutes neuves qu’elles sont, pour se travestir en articulations hors d’âge, hors service, HS comme on dirait d’une vieille ambulance déclassée ?

Tu dois te demander pourquoi je t’envoie une carte postale illustrant un Douglas DC-3. Je trouve que c’est le plus bel avion jamais dessiné. Mais c’est pas la vraie raison. C’est la jalousie. Voilà un coucou né en 1934, donc bien plus vieux que toi et moi, qui vole toujours. Comme nous, on le gratifie régulièrement de cellules neuves, pièce par pièce. Mais lui, il peut se regarder dans le miroir : il n’a pas pris une ride, pas la moindre ridule, ses hélices tournent rond, son train d’atterrissage ne flanche pas. Il porte toujours beau.

Bon, pas en faire un fromage non plus. Si la nature ne me soigne pas comme on bichonne un DC-3, je compense. Moi aussi je peux déployer mes ailles, poursuivre inlassablement l’horizon, voyager au hasard de mes rêves, imaginer des révolutions, embrasser brûlant, avaler les jours comme on boit à la source et tricoter de l’amour comme on tricote un gros pull bien chaud…

P.S. Chaque fois que tu verras un avion, pense à ses pièces sans cesse renouvelées. Et soigne bien tes cellules. Des bises, tsé !

One thought on “

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.