Je me glisse dans mes souvenirs
comme je glissais dans tous les bras
qui se sont ouverts à moi.
Tout est là, intact.
Ces petits seins volontaires,
ces murmures dans les cous,
ces viens -là -tout -de -suite.
Je me hâtais lentement pour mieux goûter la rosée impatiente de ces lèvres annonciatrices de fièvres délicieuses.
La mémoire est cruelle dans ses précisions diaboliques qui, au moment du départ, retourne profondément ses couteaux dans la taie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.