Toute ma vie j ai cru pouvoir, un jour, 
soupeser d’une main timide
son sein lourd aux allures d’un Balthus.
Je soupèserais
aussi longtemps qu’il le faudrait
Et je m'entendrais penser :
il y en a un peu trop, je vous le sers quand même ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.